Quelles sont les premières étapes pour la création d’un site web sous WordPress ? Voyons les points à considérer, autant au niveau budgétaire, technique, rédactionnel, référencement.

Nous allons partir du principe que vous avez déjà une idée de ce que vous voulez afficher sur votre site. C’est pour votre entreprise ? C’est pour vous-même ? Cela présentera un produit ou un service ? Votre site sera un blog ou un journal ? Vous voulez mettre en avant du texte, ou plutôt des images ou des vidéos ? Serez-vous le seul contributeur ou y aura-t-il une équipe rédactionnelle ? Commencez par vous poser ces questions de base, car leurs réponses détermineront grandement la personnalité de votre media. Quoi qu’il advienne, WordPress vous permettra d’exprimer vos idées, ses possibilités sont très étendues. Et WordPress vous le permettra sans avoir à posséder des connaissances techniques trop poussées.

Wordpress

Le budget

WordPress a beau être gratuit, tout n’est pas nécessairement gratuit dans WordPress. Certains thèmes ou plugins sont payants. Et il vous faudra certainement régler au minimum l’hébergement et le nom de domaine.

Hébergement et nom de domaine

WordPress tourne sous PHP et MySQL. Il vous faudra impérativement prendre en compte ce point dans votre solution d’hébergement, probablement sur un serveur Linux.

Avec l’hébergement et le nom de domaine, vous pouvez vous en tirer pour moins de 10€ par mois. La plupart des hébergeurs proposent des packs tout compris avec un hébergement mutualisé. Cela signifie que le même serveur, le même ordinateur qui distribuera votre site au public, sera partagé avec d’autres clients. Et tout à fait franchement, pour un site de démarrage, c’est en général tout à fait suffisant. Vous ne devriez envisager une solution supérieure et plus coûteuse que dans le cas où vous savez que votre serveur devra tenir compte avec des besoins très particuliers : une bande passante dépassant la moyenne – si vous distribuez des vidéos à succès, par exemple -, ou un service particulier qui demande à pouvoir toucher à la configuration du serveur en plus de l’hébergement de votre site.

Sachez qu’un serveur dédié sera nettement plus cher, multipliant facilement votre budget hébergement par cinq ou dix. Et il vous faudra alors des compétences techniques qui dépassent un peu celles de la publication d’un site Internet.

Je ne saurais trop vous inviter à vous pencher sérieusement sur le choix de votre nom de domaine. Il devra être unique et reconnaissable, facile à mémoriser, et parlant. Penchez-vous aussi sur les différentes extensions de ce nom de domaine. Vérifiez que les version en .com, .fr, .org… sont libres. Et pensez à les acquérir : cela vous reviendra à une quinzaine d’euros par an par domaine supplémentaire. Cela peut vous éviter de vous faire voler toutes votre notoriété, et également vous éviter des frais supplémentaires. En effet, il existe tout un business malhonnête sur les noms de domaines… Il serait dommage de devoir débourser plusieurs centaines d’euros pour le .fr d’un site dont vous avez réussi à faire monter la notoriété du .com au bout de quelques années…

Thèmes

Le thème Worpress va conditionner la charte graphique de votre site. Vous allez déterminer le logo, le schéma de couleurs, les polices de caractères, etc. D’une manière générale, vous pourrez changer de thème au prix de quelques ajustements. Enfin, en général, mais nous allons y revenir.

Il existe en gros trois grandes familles de thèmes :

  • Les thèmes gratuits, ou freemiums. Il existe souvent des versions payantes de ces thèmes, qui débloquent des options parfois intéressantes.
  • Les thèmes payants, souvent plus attractifs ou personnalisables.
  • Les éditeurs de contenu.

Les thèmes gratuits ne vous coûteront rien, heureusement. Ils peuvent parfaitement suffire à la plupart des besoins. Néanmoins, ils possèdent quelques limitations. Vous ne pourrez pas faire exactement ce que vous voulez au niveau graphique et technique. Leur cadre peut être tout à fait satisfaisant, mais c’est un cadre assez serré.

Les thèmes payants donnent un peu plus de liberté. Mais pas forcément beaucoup plus. Si vous disposez d’un peu de moyens financiers, peut-être serait-il mieux de penser à utiliser un éditeur de contenu.

Les éditeurs

Les éditeurs permettent la plus grande liberté graphique et technique. Ils remanient en profondeur l’ergonomie de l’interface d’administration de vos pages et articles, et vous donnent accès à un très grand nombre de possibilités. Avec de simples glisser-déposer, vous allez pouvoir agencer votre contenu selon la mise en page que vous souhaitez. De plus, avec ces éditeurs, vous disposez souvent d’une multitude de modèles de mise en page préformatés qui peuvent grandement accélérer votre production.

Il en existe plusieurs, à des prix assez variables. Elementor possède un version bridée gratuite, sinon il vous en coûtera une cinquantaine de dollars par an. Avada nécessitera de dépenser une soixantaine de dollars par an. Quant à Divi, ce sera à peu près 90$ par an pour un site.

Un point très important : les éditeurs en question enregistrent les informations de formatage de chaque page d’une façon qui leur est bien personnelle. Cela signifie qu’une page formatée avec un éditeur risque fort de perdre son contenu si vous arrêtez d’utiliser cet éditeur. En conséquence, si vous commencez à utiliser un éditeur, vous risquez fort de marier votre site avec cet éditeur et ne plus pouvoir vous passer de ce thème ou ce plugin.

Plugins

WordPress sans ses plugins, c’est comme un gâteau sans sucre, un baiser sans amour, la politique sans la corruption. La plupart d’entre eux sont gratuit, et disposent d’une version payante qui débrident leurs possibilité et leurs services. Le choix va être rude, il en existe vraiment, mais vraiment beaucoup. Faites attention de ne pas en abuser. Les plugins sont certes importants, mais trop en utiliser peut ralentir votre site, et peut-être même le bloquer…

Si cela arrive, avec un logiciel de FTP, rendez-vous sur l’espace d’hébergement de votre site, et dans le dossier /wp-content/plugins/ trouvez celui qui est responsable de vos problèmes, et détruisez tout simplement son dossier. Cela désactivera le plugin, votre site se remettra à marcher.

Voilà une liste non exhaustive de quelques plugins à considérer.

Duplicator

Avec ce plugin, vous pourrez faire une sauvegarde complète de votre site, et même le migrer de serveur, sans difficulté.

Imagify et Smush

Ces deux plugins vont compresser toutes les images que vous allez déposer sur votre site, et donc accélérer l’affichage de chacune des pages.

WP Rocket ou WP fastest cache

En mettant en cache chacune des pages de votre site, ces plugins permettront eux aussi de grandement accélérer l’affichage des pages. Vous l’aurez compris, la lenteur de chargement est un petit défaut de WordPress…

Ah, ne prenez qu’un seul plugin de gestion de cache, plus serait trop.

WP sanitize file name Plus

Ce problème est plus particulièrement typique à nous, français. En effet, notre langue dispose d’accents et de caractères spéciaux qu’on retrouve souvent dans les fichiers qu’on veut déposer sur notre site. Malheureusement, les serveurs gèrent assez mal ces caractères. Cette extension nettoie les noms des fichiers de tous ces caractères indésirables, évitant des problèmes par la suite.

All in one WP Security

WordPress est un CMS très célèbre, il fait donc malheureusement assez souvent l’objet d’attaque. Ce plugin vous permettra d’éviter la grande majorité d’entre elles.

Redirection

Les deux principaux cauchemars du référencement sont le contenu dupliqué et les erreurs 404. Et certains de ces problèmes viennent de pages dont on a changé les URL, par exemple. Bref, on a souvent besoin qu’une requête obsolète soit redirigée sur une page existante. Le plugin Redirection sert à cela.

Really simple SSL

Si vous possédez un site en HTTPS, un site dont les transferts sont sécurisés, il faut évitez que votre site soit accessible à la fois en HTTP et HTTPS. Pour deux raisons :

  1. La version HTTP ne serait pas sécurisée. Si vous possédez une site marchand, ou si vous gérez des informations personnelles, c’est très dangereux.
  2. Chaque page de votre site existerait en double, en HTTP et HTTPS. Pour les moteurs de recherche, c’est du contenu dupliqué, et ils n’aiment pas du tout. Et quand ils n’aiment pas, ils déréférencent.

Ce plugin ne fait qu’une chose : rediriger toutes les requêtes vers la version sécurisée de votre site.

À savoir : le plugin précédent, Redirection, permet également ce service.

GPDR cookie consent

Si votre site est un site d’entreprise, ou si vous stockez des données de vos utilisateurs, vous avez dû être sensibilisé à la loi RGPD. Ce plugin permet d’afficher une notification d’acceptation des cookies en rapport avec cette loi.

Yoast SEO, Rank Math

Ces deux plugins se chargeront de vous aider à gérer le référencement de votre site. Ils vous aideront à la rédaction de vos pages, en gérant le résumé, le titre, les snippets… tous les éléments qui permettent aux moteurs de recherche de référencer efficacement et rapidement votre contenu.

Broken link checker

Très pratique, cet outil vérifie régulièrement tous les liens de votre contenu, autant internes qu’externes. Un lien brisé, on en parlait, c’est mauvais pour votre référencement. Voilà qui vous facilitera la correction de vos articles.

Formulaires

Vous aurez sans doute besoin de communiquer avec les utilisateurs de votre site. Peut-être n’aurez-vous besoin que d’un simple formulaire de contact. Peut-être aurez-vous besoin de formulaires plus spécifiques. Si tel est le cas, qui peut le plus peut le moins. Inutile de multiplier les plugins de formulaire, un seul devrait suffire.

Dans le cas ou un simple formulaire de contact vous suffit, regardez du côté de Contact Form 7. S’il vous faut plus, jetez un œil du côté de WPForms.

Conseils pour la mise en place

Avant de démarrer bille en tête et de rédiger directement sur votre serveur public, je vous invite à respecter quelques points.

Tout d’abord, réfléchissez à votre site, à ce qu’il devra contenir comme services, comme rédactionnel, comme produits… Parlez-en à vos collaborateurs et associés, mettez-vous d’accord sur une base solide. Si vous avez des amis geek, ou mieux, si vous connaissez des professionnels du web, n’hésitez pas à les consulter.

Hébergement local

Sur votre ordinateur personnel, installez un petit serveur web, de style WAMP (pour Windows + Apache + MySQL + PHP) ou MAMP si vous êtes sur Macintosh. Puis installez-y WordPress. Si besoin, pour ce point, faites-vous aider.

De cette façon, vous allez pouvoir essayer sans aucun risque les différents thèmes ou plugins, et vous allez pouvoir ébaucher la rédaction. Il se peut même que l’ébauche devienne votre futur site Internet.

Avec le plugin Duplicator, vous pouvez alors transférer votre site de votre ordinateur vers le serveur définitif.

Conclusion

Il reste beaucoup à en dire. On pourrait parler du référencement, de la rédaction pour le web, qui possède ses propres règles. On pourrait parler de la sécurité de votre site, de sa rapidité… J’espère que cela vous aidera à clarifier vos idées quant au démarrage d’un site Internet sous WordPress.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *